Signes, symptômes et facteurs aggravants

Plusieurs ronfleurs souffrent d’apnée du sommeil (AOS), sans le savoir. Les membres de la famille ou les partenaires de lit, tirés de leur sommeil par un ronflement perturbateur, sont souvent les premiers témoins des signes de l’apnée du sommeil. Le plus souvent, la personne atteinte, avisée par ses proches est au courant qu’elle ronfle, mais ne réalise pas qu’elle éprouve aussi de la difficulté à respirer pendant son sommeil. L’apnée du sommeil est un mal sournois qu’il faut identifier et traiter.

Voici deux des principaux symptômes de l’apnée obstructive du sommeil :

  • une fatigue excessive et une somnolence inexpliquée pendant le jour,
  • du ronflement et des interruptions de la respiration pendant le sommeil.

Voici d’autres signes et symptômes d’apnée obstructive du sommeil :

  • votre pression artérielle est élevée,
  • et chez l’homme, vous avez de la difficulté à maintenir une érection.
  • vous êtes irritable,
  • vous vous étouffez ou suffoquez pendant le sommeil,
  • vous êtes très fatigué,
  • vous êtes déprimé,
  • vous n’arrivez pas à vous concentrer,
  • vous avez mal à la tête le matin,
  • vous avez des problèmes de mémoire, ou des trous de mémoire,

Les facteurs morphologiques aggravants :

Cette affection est plus fréquente chez les hommes matures et chez les personnes avec un surplus de poids, surtout celles qui dorment couchées sur le dos. Chez les personnes de poids normal, des facteurs morphologiques favorisent le développement de l’AOS :

  • des amygdales volumineuses, une luette allongée,
  • une cloison nasale déviée ou/et obstruée,
  • un cou court et une accumulation de tissus adipeux
  • une mâchoire inférieure peu développée et fuyante
  • une faible dimension des voies respiratoires supérieures,
  • un pharynx étroit et voile du palais allongé et trop épais,
  • une taille excessive des adénoïdes et des amygdales,
  • une respiration par la bouche d’usage,
  • 60% des ronfleurs de moins de 60 ans sont des hommes,
  • un surplus de poids de plus de 30%,
  • une condition d’allergies respiratoires,
  • une consommation d’alcool en soirée
  • une consommation de somnifères,
  • une dépendance au tabac.

Attention ! L’AOS est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires.

L’apnée obstructive du sommeil est également un facteur de risque important d’hypertension artérielle, d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux. Les chutes répétées du niveau d’oxygène dans le sang sont reconnues être la cause d’un état d’hyper coagulabilité et en partie responsable de la prépondérance de mort subite pendant le sommeil, observée dans la population.

Une étude publiée dans le Lancet en 2005 démontre que la prévalence sur 10 ans d’avoir un évènement cardiovasculaire est de 2.8 fois plus importante chez les personnes souffrant d’apnée du sommeil.

Un facteur de complications lors de l’anesthésie opératoire.

Les personnes souffrant d’AOS sont particulièrement sensibles aux agents anesthésiques et à l’analgésie. De nombreux cas de décès, causés par de l’obstruction des voies aériennes ont été rapportées au cours des dernières années. Les patients qui subissent des opérations sous anesthésie doivent être bien évalués et le CPAP/PPC utiliser en salle de réveil. L’association américaine d’anesthésie vient d’ailleurs de publier ses recommandations relatives à la prise en charge de patients aux prises avec un problème d’apnée du sommeil.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.