Dormir avec votre CPAP/PPC.

Passer une nuit avec cet accoutrement n’a rien de passionnel, croyez-moi! Si comme moi vous avez la fâcheuse habitude de changer de position pendant la nuit, préparez-vous… Quelquefois, je me suis réveillé en sursaut au beau milieu de la nuit, le tuyau d’air enroulé autour du cou. À tirer sur le boyau de l’appareil, j’ai fini par la projeter par terre. Je l’ai donc installé dans un tiroir, ce qui me permet de la dissimuler par la même occasion. Bref, l’adaptation à votre nouvel ami n’est pas une sinécure et vous demandera une bonne dose de tolérance et beaucoup de patience.

L’adaptation à cette solution ainsi que l’évidence des bénéfices du traitement peuvent prendre de 3 à 6 mois. De plus, il est normal d’avoir un peu de difficultés à s’endormir avec le masque les premières nuits, sur certains modèles un mode progressif (C-Flex) est disponible. Mais une réalité implacable vous frappera à long terme, lorsque vous réaliserez que vous aurez à le porter pour le reste de votre vie.

Quelques problèmes d’adaptation.

  • Nez secPour prévenir la sécheresse nasale, choisissez un appareil avec humidificateur chauffant intégré ou utilisez un vaporisateur nasal ou un gel soluble au besoin. Ajustez le niveau de chauffage pour vos besoins.
  • Obstructions nasalesAssurez une bonne hygiène nasale en utilisant des produits hydratants, en vente libre.

Attention!  Les décongestionnants avec pseudoéphédrine peuvent aider lors de rhumes. Ils sont cependant contre-indiqués en présence d’hypertension, de problèmes cardiaques ou vasculaires. De plus, ils peuvent augmenter le problème d’obstruction nasale s’ils sont utilisés pendant plus d’une semaine. Vérifiez avec votre pharmacien avant de l’utiliser.

  • Bouche sècheSi comme moi vous dormez la bouche ouverte, vous vous réveillerez avec la bouche sèche. Assurez-vous de ne pas avoir d’obstruction nasale. Si ce n’est pas le cas, l’utilisation d’une mentonnière pourrait vous aider.
  • Masque bucco-nasal ou facial – Ce masque couvre le nez et la bouche, l’excès de salive qui s’échappe de la bouche pendant la nuit s’accumulera, nuisant à l’étanchéité du masque et vous obligera à l’enlever pour l’assécher. En conséquence, le masque facial ne peut être utilisé que de façon temporaire, vous devrez vous munir d’un modèle buccal à long terme.
  • Fuite d’airNe serrez pas trop les sangles du masque. Un léger échappement d’air est acceptable. Avec certains masques, une fuite trop importante occasionnera une vibration entre la peau et le masque et vous gardera éveillé. Vous devrez resserrer les sangles. Assurez-vous de choisir un masque à votre taille et bien ajusté à la forme de votre visage. Si vous souffrez d’obstruction nasale, le fait de respirer par la bouche pourrait causer des fuites.
  • Plaies et rougeursLes plaies sur l’arête du nez sont causées par un mauvais design de masque ou encore par un masque trop serré. Personnellement, je donne quelques coups de lime au nouveau masque pour bien l’adapter à mon nez. Le masque doit être suffisamment serré pour bien sceller et les sangles laisseront inévitablement des marques rouges sur votre visage. L’utilisation d’un support frontal, s’il est disponible avec le masque utilisé, pourrait améliorer sa stabilité en réduisant le mouvement du masque, mieux distribuer la pression et ainsi diminuer les rougeurs.
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.